Painters Palette

8 septembre au 21 octobre 2022

Louise Catellier

Nom de l'exposition à venir

Louise Sylvia Catellier naît à Hearst en Ontario le 12 mai 1954.


Elle fait ses études à l’Académie Saint-Joseph et au Collège de Hearst. C’est au Collège dans la classe d’arts de Solange Vaillancourt qu’elle découvre son talent pour le dessin. Finalement elle obtient son diplôme de l’École Secondaire de Hearst, HHS.


Par la suite, Louise choisit de suivre les traces de sa mère et s’inscrit au « Sault College of Arts and Technology » et y complète avec succès le cours de coiffure.


En 1985, elle quitte Hearst pour s’établir à Orléans en Ontario où elle vit encore aujourd’hui. C’est dans cette région que s’épanouit sa carrière de coiffeuse et qu’elle renoue avec son talent en dessin. Elle met finalement son crayon à l’œuvre. Les dessins de Louise sont exceptionnels mais elle nourrit toujours un profond désir de peindre.


Scott et Dominique, les enfants de Louise, connaissant à la fois le désir et l`hésitation de leur mère, prennent l’initiative de l’encourager à faire le grand pas vers la création. Ils lui offrent en cadeau le matériel d’artiste peintre. Il n’en fallait pas plus; c’est pour Louise l’élément
déclencheur.


C’est au début de la pandémie que Louise se lance officiellement dans l’aventure, pinceau en main, devant une toile toute blanche. Son inspiration vient de ses souvenirs de voyages. Plusieurs destinations où elle a eu le privilège d’admirer la mer, les montagnes, les arbres et les chutes d’eau. C’est en 2019, lors de son dernier voyage à parcourir l’Islande, l’Irlande et l’Écosse qu’elle attrape définitivement la piqûre pour la peinture devant tant de paysages à couper le souffle.


Au fil des jours, durant ses marches en forêt avec sa chienne Phoebe sa fidèle compagne, Louise continue d’être inspirée par la beauté de la nature. Ses tableaux témoignent de l’émotion qu’elle ressent face à tous ces paysages; ceux de ses souvenirs et ceux qui l’entourent.


La passion de Louise, la fille du Nord, va en grandissant depuis la fierté qu’elle a ressenti face à son premier tableau encadré.